Galatée immortalise Acis à Belle-Ile

C’est dans une interprétation résolument baroque que le festival de Belle-Ile s’est achevé ce 14 août 2015, salle Arletty. Deux œuvres en abîme, voisines dans le temps, mais de style distinct quant à l’écriture musicale et au livret. Entre le burlesque bien campé par les acteurs de « la servante maîtresse » et la profondeur dramatique d’amours éternels, Philip Walsh et ses jeunes talents nous ont donné, en une soirée, deux facettes d’une même passion. Amour frais d’apparence impossible, aux yeux des convenances, Louise Pingeot su donner à Serpina la légèreté de la facétie en même temps que la vérité du sentiment. De sa voix fraîche et altière elle tissa autour d’Uberto, comme du public, un piège de douceur et d’éclat. Enserré dans cette toile vocale, Tyler Simpson, comme à son accoutumée, donna à Uberto le burlesque sensible qui fit de ce divertissement un rien iconoclaste pour l’époque, un agréable retour sur cette querelle des bouffons dont Pergolèse fut acteur bien malgré lui.

Mais ce moment charmant ne fut qu’un amuse-bouche pour aiguiser notre appétit baroque. La troupe revigorée du festival donna alors, sans conteste, toute sa mesure dans les jardins antiques d’ « Acis et Galatée ». Portée par une partition fidèlement traduite − comme toujours −, les solistes comme le chœur nous entrainèrent au plus profond de la féérie des bosquets de Versailles. La mise en scène simple, faite d’une succession de fontaines antiques humaines, nimbées de lumières séraphiques, fit la part belle aux voix. Chœurs époustouflants dans un « happy » vibrant de sincérité, cristal des voix, chaleurs des expressions ont porté le public de bout en bout. Émouvante Galatée, fragile et princière tant dans ses poses que dans la voix. Peter Tantsits, peut-être fatigué par l’ampleur du festival, peina cependant par moment sans que cela ne gâte l’ensemble d’une représentation dans la grande tradition des voix anglaises.
C’est saisi, immortalisé et figé dans sa posture d’amant éternel, devenu ruisseau chatoyant de l’amour, à l’image d’Acis et de ses nymphes, que le public s’est écoulé de la salle pour irriguer l’île, alors illuminée de la plus belle des voies lactées, prolongation féérique offerte par le ciel en écho à la magie des muses du soir.

Commentaires

commentaire

Cyril Brun

Cyril Brun

Cyril Brun est journaliste du vin, critique gastronomique, historien, philosophe et ancien chef d'orchestre Diplômé de maitrise du vin, il est dégustateur et formateur, journaliste et critique gastronomique pour plusieurs magasines ou sites. Titulaire d'une maîtrise en histoire médiévale et d'un doctorat en histoire de l'antiquité, il a été chargé de TD sur Rome et la Grèce archaïque à l'université de Rouen, puis chargé de cours sur la Grèce archaïque et classique, la Mésopotamie et l'Egypte à l’université de Quimper. Les travaux de sa thèse portent sur l'Afrique romaine au IIIème siècle après Jésus Christ, mais il s'est ensuite spécialisé sur la Grèce classique tant pour sa religion que pour ses philosophes. Il parcourt la France pour donner des conférences sur l'anthropologie classique, les peuples mésopotamiens mais aussi la musique, rédiger un guide oenotouristique. Chef d'orchestre depuis l'âge de 16 ans, il a dirigé divers ensemble en se spécialisant dans la musique symphonique (avec une prédilection pour Beethoven) et la musique Sacrée. Il a été directeur artistique et musical de diverses structures normandes : Les jeunes chambristes, la Grande chambre, Classique pour tous en Normandie, les 24 heures de piano de Rouen, le festival Beethoven de Rouen, Le Panorama Lyrique Ces compétences en philosophie, en histoire, en musique, mais aussi en littérature l'ont amené a écrire dans diverses revues musicales ou historiques, comme critique ou comme expert. Poussé par des amis à partager ses nombreuses passions, ils ont ensemble fondé Cyrano.net, site culturel dans lequel il est auteur des rubriques musicales et historiques. Il en est le directeur de la rédaction. Il dirige le site musical CyranoMusique dont il est le propriétaire ainsi que du média culturel Rouen sur Scène. Il est directeur d'émissions culturelles (le salon des Muses) et musicales (En Coulisses), sur la chaîne normande TNVC Il est l'auteur de Le Requiem de Mozart, serein ou Damné ? Les fondements de l'anthropologie chrétienne Une nuit square Verdrel La Vérité vous rendra libre