Entre Mendelssohn et Schumann, il y eut la symphonie en Ut

Symphonie n°2 en Ut majeur

Création à Leipzig le 5 novembre 1846.

Ut comme Clara (C=ut), cette « Clara symphonie » ne pouvait qu’être grandiose, un extraordinaire florilège des plus grandes influences. Elle ne pouvait qu’être créée par Mendelssohn si proche du couple Schumann et particulièrement de Clara, son interprète favorite.

A proprement parler ce n’est pas la seconde, mais la symphonie en mineur ne sera éditée que plus tard devenant la quatrième, tandis que cette symphonie en Ut majeur réutilisera les matériaux d’une symphonie en ut mineur avortée, et que Schumann voulait pour rendre hommage à Jean Paul disparu quelques années auparavant.

Forte présence des trompettes, en échos à la cinquième de Beethoven, mais aussi pour utiliser ses hallucinations auditives de trompettes en ut. C’est un succès immédiat après une rapide correction et la critique salue une œuvre ayant égalé Beethoven dans sa Cinquième. Si Beethoven est incontestablement présent, Schubert, dont Mendelssohn et lui ont révélé la Grande symphonie, également en ut, est aussi aux côtés du vénéré maître de Bonn.

Tous ceux qui sont chers à Schumann sont réunis ici
. Jean Paul par les bribes de la symphonie en ut mineur, Beethoven outre la cinquième s’entrelace avec la lointaine Bien aimée, Mendelssohn que l’on ressent dans le scherzo, Bach peut être sur l’adagio si proche de la sonate, l’offrande musicale ou encore la sixième fugue sur le nom de Bach. Mais aussi le Mozart de La Flûte enchanté ou encore Goeth par cette échappée vers la lumière à laquelle l’artiste est obligé et qui sous-tend si fortement la Cinquième. « C’est seulement dans la dernière partie que je me sentis renaître ; et de fait une fois l’œuvre achevée je me suis senti mieux. » Et pourtant, Schumann fut déçu par son ami Félix. Dure relation qui ne fut jamais vraiment à double sens. Le peu d’intérêt que Mendelssohn manifesta à cette symphonie était révélateur de la distance qu’avaient prise les deux hommes et qui sans doute compta dans la décision de Schumann de quitter Leipzig, la ville où les deux compères ont tant œuvré, pour Dresde. Au final bien que sincèrement convaincu de leur valeur réciproque, trop de choses séparaient les deux hommes. Leur rencontre fut celle de deux géants, mais à la grande douleur de Schumann, pas celle de deux âmes comme elle aurait pu l’être entre Félix et Clara, comme elle le fut entre Clara et Robert.

Robert avait déjà en lui son double qui le hantait et à qui il donna vie plus d’une fois dans sa musique comme dans son journal. Or Félix n’était ni Florestan ni Eusebius. Mais malgré le peu de conviction de Mendelssohn la deuxième symphonie fut un des plus grands triomphe de Schumann.

Commentaires

commentaire

Cyril Brun

Cyril Brun

Cyril Brun est journaliste du vin, critique gastronomique, historien, philosophe et ancien chef d'orchestre Diplômé de maitrise du vin, il est dégustateur et formateur, journaliste et critique gastronomique pour plusieurs magasines ou sites. Titulaire d'une maîtrise en histoire médiévale et d'un doctorat en histoire de l'antiquité, il a été chargé de TD sur Rome et la Grèce archaïque à l'université de Rouen, puis chargé de cours sur la Grèce archaïque et classique, la Mésopotamie et l'Egypte à l’université de Quimper. Les travaux de sa thèse portent sur l'Afrique romaine au IIIème siècle après Jésus Christ, mais il s'est ensuite spécialisé sur la Grèce classique tant pour sa religion que pour ses philosophes. Il parcourt la France pour donner des conférences sur l'anthropologie classique, les peuples mésopotamiens mais aussi la musique, rédiger un guide oenotouristique. Chef d'orchestre depuis l'âge de 16 ans, il a dirigé divers ensemble en se spécialisant dans la musique symphonique (avec une prédilection pour Beethoven) et la musique Sacrée. Il a été directeur artistique et musical de diverses structures normandes : Les jeunes chambristes, la Grande chambre, Classique pour tous en Normandie, les 24 heures de piano de Rouen, le festival Beethoven de Rouen, Le Panorama Lyrique Ces compétences en philosophie, en histoire, en musique, mais aussi en littérature l'ont amené a écrire dans diverses revues musicales ou historiques, comme critique ou comme expert. Poussé par des amis à partager ses nombreuses passions, ils ont ensemble fondé Cyrano.net, site culturel dans lequel il est auteur des rubriques musicales et historiques. Il en est le directeur de la rédaction. Il dirige le site musical CyranoMusique dont il est le propriétaire ainsi que du média culturel Rouen sur Scène. Il est directeur d'émissions culturelles (le salon des Muses) et musicales (En Coulisses), sur la chaîne normande TNVC Il est l'auteur de Le Requiem de Mozart, serein ou Damné ? Les fondements de l'anthropologie chrétienne Une nuit square Verdrel La Vérité vous rendra libre