Modale ou tonale ? Kesako questo ?

Modale ou tonale ? Kesako questo ?

La musique dite modale est, pour faire court la musique universellement reconnue et pratiquée avant l’invention occidentale de la tonalité. Les notes ont entre elles un rapport de fréquence. Plus la fréquence est élevée, plus on monte dans l’aigu. Aujourd’hui la fréquence du la est de 440 hertz. Si on chante 439 ou 441 alors on chante ou joue faux. L’oreille ne perçoit pas immédiatement toutes les subdivisions des fréquences, mais elle perçoit plus ou moins ce rapport de justesse. Très tôt, (plusieurs millénaires avant Jésus Christ) on a classé ses notes en fonction de leur rapport les unes aux autres ce qui a donné les gammes. Do ré mi fa sol la si do en est une. Mais on peut classer les notes différemment en partant de l’une ou l’autre note. Ce qui va changer c’est l’ambiance générale de la gamme, car entre les notes il n’y a pas systématiquement le même intervalle. Le plus souvent une note dite naturelle est séparée d’une autre note naturelle par un ton.  Le ton étant la distance égale entre deux fréquences hertziennes (la note). C’est le cas entre do/ré ; ré/mi ; Fa / sol ; Sol/la ; La/si. Mais entre Si/do et entre Mi/fa, il n’y a pas la même distance hertzienne, les fréquences sont plus courtes d’environ la moitié. Il y a donc juste un demi-ton. Donc une gamme qui commence par Do aura deux tons puis un demi-ton puis trois tons et un demi-ton. Une gamme qui commence par La aura au contraire un ton puis un demi-ton puis deux tons et un demi-ton puis deux tons. Chantez ces gammes ce n’est plus la même mélodie. Cela donne des couleurs différentes. Ce sont ces couleurs que les anciens ont classées en mode. Mode de do mode de ré etc. Il n’y a dans un mode que les notes qui appartiennent à ce mode dans un rapport sonore qui donne une couleur particulière. Ecoutez les chants grégoriens de l’avant ou de Pâques ce n’est pas la même couleur.

Avec le temps, vers la fin du moyen-âge et surtout l’époque renaissance les compositeurs occidentaux ont surtout optés pour deux modes celui de Do et celui de La et ils ont construit tout un système autour de ces deux modes, le système dit tonal. C’est-à-dire que les gammes se sont limitées à deux types de rapports de fréquences. Ainsi toutes les gammes se répartissent entre les gammes dites majeurs et les gammes dites mineurs. Les gammes majeures sont toutes construites sur le mode de Do avec le même espace entre les notes (do/ré ; ré/mi ; Fa / sol ; Sol/la ; La/si : 1 ton. Mais entre Si/do et entre Mi/fa, ½ ton) ce qui leur donne d’une manière générale une couleur plus brillante. Les gammes mineures sont toutes construites sur le mode de La ce qui leur donne une couleur plus triste, terne.

partition

l’auteur en brisant avec la règle a une intention particulière. Soit simplement pour la beauté mélodique, soit pour un sens que nous révèle alors l’harmonie.

Le principe de la musique tonale est de ne composer un morceau qu’avec les notes de la gamme choisie, afin, précisément de garder cette couleur. Aussi, pour ne pas perdre une richesse de composition sont alors nées les autres gammes formées sur Do et la. Mais pour garder le même espace entre les notes dans toutes les gammes majeures, on a dû ajouter des altérations. C’est-à-dire qu’on a dû modifier l’intervalle naturel entre les notes pour garder un même intervalle que ma première note soit un do ou un si. Par exemple entre do et ré j’ai un ton, mais entre si et do j’ai un demi ton. Donc pour garder un intervalle d’un ton pour la première note de la gamme de si je vais devoir augmenter le do d’1/2 ton. Il deviendra do dièse, ce qui change du coup son rapport au ré et ainsi de suite, voilà pourquoi les gammes ont ou non des bémols et des dièses. Il s’agit de toujours retrouver le même intervalle que la gamme de Do majeur, et pareil avec les gammes mineures.

Toutefois, le rapport de demi-ton n’est pas un rapport juste puisque un ton n’est pas divisible par deux. Un ton se divise en fractions hertziennes de 9 comas. Donc un demi-ton fera 4 ou 5 comas. C’est cette minime différence qui explique qu’une gamme de si bémol majeur n’a pas tout à fait la même couleur que do majeur, malgré le rapport mathématique expliqué plus haut. C’est pour cela que pour camper  une ambiance particulière on choisira une gamme plutôt qu’une autre.

Les règles d’écritures imposent en revanche de n’utiliser que les notes de la gamme choisie. Par exemple en si-bémol majeur on ne pourra prendre que si-bémol, do, ré, mi-bémol, fa, sol, la. Ce qui veut dire que toute note qui n’appartient pas à cette gamme est une note « étrangère » Pour l’interprétation cela signifie que l’auteur en brisant avec la règle a une intention particulière. Soit simplement pour la beauté mélodique, soit pour un sens que nous révèle alors l’harmonie.

Par exemple dans le Salve Regina de Poulenc, en sol mineur, les seules notes constitutives et donc pas étrangères sont, sol, la, si-bémol, do, ré, mi-bémol, fa-dièse. Toutes les autres notes et elles sont nombreuses, doivent donc prendre un relief particulier qu’il va nous falloir découvrir.

C’est tout le travail d’interprétation !

 

Commentaires

commentaire