Qui gouverne la France ? Le nouveau pouvoir des juges

Mercredi 28 janvier, la cour de cassation vient de prendre une décision de politique internationale majeure et historique. C’est une véritable révolution de palais à laquelle nous sommes en train d’assister.
Par sa décision de reconnaître le mariage entre deux hommes, dont l’un de nationalité marocaine, la cour de cassation s’arroge les prérogatives même du chef de l’État et du peuple tout entier, en dénonçant un traité bilatéral signé avec un pays ami.

Qui donc gouverne la France ? Où est le siège de l’autorité ? Depuis quand une cour de justice, non élue, peut-elle engager, compromettre même, la politique internationale de la France ?
Quoi que l’on pense de la loi Taubira sur le mariage entre personnes de même sexe, il s’agit là d’une dérive lourde et grave au plus haut sommet de l’État.
Le chef de l’Etat, à qui incombe de conduire la politique étrangère de la France, va-t-il rester sans réagir ?
Après le scandale du mur des cons, le premier magistrat va-t-il encore laisser les hommes de loi s’arroger de nouveaux droits ?
Il faut également mettre cet abus dangereux en parallèle avec la réforme en catimini du code civil concernant le contrat et par laquelle les juges seront désormais tout puissants, au point de rendre caduc le contrat lui-même et jusqu’à la notion d’engagement.

Un chef d’État doit tenir ses troupes et doit gouverner. Monsieur Hollande va-t-il rappeler qu’il est le chef de l’État ? Il ne suffit pas de défiler dans une rue parallèle, en abusant de la crédulité publique (avec le concours de tous les medias) le 11 janvier, pour être capable de gouverner un pays dont la stature internationale est celle de la France.

Quel crédit auront dorénavant la parole de la France, du chef de l’État, dans le monde s’il suffit d’une simple décision de justice, sur une banale affaire privée, pour qu’un traité soit désavoué ?

Nous touchons là, par l’absurde, à la limite du système doctrinaire des partis. Ce n’est plus le peuple qui gouverne, mais de plus en plus clairement ce sont les services de la chancellerie.

Alors, en effet, que la justice doit faire respecter le droit, notre administration judiciaire devient le plus sûr outil d’une politique idéologique de démantèlement des fondements même du droit et de ce sur quoi la France s’est bâtie.

En défaisant les traités, en pratiquant un véritable laxisme judiciaire, en imposant à qui lui est contraire le silence par de lourdes condamnations et en assurant sa propre promotion par l’impartialité et l’impunité, l’administration judiciaire exerce, discrètement mais sûrement, un totalitarisme croissant.

Rebâtir la France suppose deux principes simples : un chef de l’État qui gouverne dans le respect du bien de tous mais avec fermeté et clairvoyance. Une justice qui assure la sérénité et la paix. Or il ne peut y avoir de paix quand la justice ne respecte pas la loi. Il ne peut y avoir de sérénité sans fidélité à la parole donnée aux engagements.
Gouverner c’est aussi avoir le sens des autres, du bien et de l’honneur.
Tant que nous serons dépendants de responsables politiques, chefs de clans et, de ce fait, liés par la peur des médias et la puissance de juges impartiaux, il sera impossible de rebâtir la France.

Commentaires

commentaire

Cyril Brun

Cyril Brun

Cyril Brun est chef d'orchestre et historien. Titulaire d'une maîtrise en histoire médiévale et d'un doctorat en histoire de l'antiquité, il a été chargé de TD sur Rome et la Grèce archaïque à l'université de Rouen, puis chargé de cours sur la Grèce archaïque et classique, la Mésopotamie et l'Egypte à l’université de Quimper. Les travaux de sa thèse portent sur l'Afrique romaine au IIIème siècle après Jésus Christ, mais il s'est ensuite spécialisé sur la Grèce classique tant pour sa religion que pour ses philosophes. Il parcourt la France pour donner des conférences sur l'anthropologie classique, les peuples mésopotamiens mais aussi la musique. Chef d'orchestre depuis l'âge de 16 ans, il a dirigé divers ensemble en se spécialisant dans la musique symphonique (avec une prédilection pour Beethoven) et la musique Sacrée. Il est actuellement directeur artistique et musical de diverses structures normandes : Les jeunes chambristes, la Grande chambre, Classique pour tous en Normandie, les 24 heures de piano de Rouen, le festival Beethoven de Rouen, Le Panorama Lyrique Ces compétences en philosophie, en histoire, en musique, mais aussi en littérature l'ont amené a écrire dans diverses revues musicales ou historiques, comme critique ou comme expert. Poussé par des amis à partager ses nombreuses passions, ils ont ensemble fondé Cyrano.net, site culturel dans lequel il est auteur des rubriques musicales et historiques. Il dirige le site musical CyranoMusique dont il est le propriétaire ainsi que du média culturel Rouen sur Scène. Il est directeur d'émissions culturelles (le salon des Muses) et musicales (En Coulisses), sur la chaîne normande TNVC Il est l'auteur de Le Requiem de Mozart, serein ou Damné ? Les fondements de l'anthropologie chrétienne Une nuit square Verdrel La Vérité vous rendra libre