Dernière minute
Accueil » Non classé » James Bond, un exemple de gentleman vertueux ?
James Bond, un exemple de gentleman vertueux ?

James Bond, un exemple de gentleman vertueux ?

Chers amis, avouons-le, beaucoup d’entre nous rêvent de se mettre dans la peau de James Bond !

Il est certain que cet agent secret semble au prime abord peu vertueux. En effet, il apparaît en premier lieu qu’il n’a ni la grâce, ni la volonté de vivre  la sexualité et le plaisir sexuel au sein de l’amour conjugal, comme moyen de parfaire l’union corporelle et spirituelle entre homme et femme pour la vie (avec la joie de savoir cet acte ouvert à la vie naissante). C’est une vertu fondamentale qu’hélas Bond ne connait pas : La vertu de chasteté (qui comporte  l’intégrité de la personne et l’intégralité du don, voir CEC 2337).

Malgré cette désolante faille, au second abord, ce qui plait et donne envie à tant d’hommes de ressembler à 007 est sûrement une série de vertus que nous vous invitons à découvrir… et à vivre.

Vertu de la persévérance : terminer ce que l’on commence .

Cette vertu induit un ordre :

  1. Prise de décision en vue d’atteindre un but
  2. Mise en œuvre des  moyens nécessaires pour l’atteindre (malgré les difficultés)
  3. Combat contre une motivation affaiblie, le cas échéant.

Elle induit également la notion de l’autonomie, si importante pour un homme.

N’oublions pas que n’importe qui peut commencer quelque chose, mais bien moins peuvent la terminer. (Attention, la persévérance n’est pas l’obstination, si on réalise qu’on s’est trompé, on change !). James Bond nous montre donc que la persévérance n’est pas une option de la virilité , mais une nécessité.

Vertu de l’ordre : l’homme est plus important que la technologie

Bond est toujours à la pointe de la technologie, mais jamais son esclave  : il ne flâne pas sur internet pour passer le temps, ne discute pas pour meubler sa solitude avec son casque bluetooth dans la rue… Partout où Bond est , il est là réellement là, effectivement là. La technologie n’est réellement qu’un accessoire au service de sa mission.

Connaitre son ennemi

Comme tout bon praticien de la guerre , Bond n’entre pas dans une bataille sans connaître  son ennemi .

C’est bien la vocation de tout chrétien, comme  le disait Bossuet : « faisons ce que l’on fait dans la guerre ; et avant que d’entrer dans la mêlée, avançons-nous avec le Sauveur pour reconnaître ces ennemis qui marchent contre nous si résolument. »

La connaissance est la clé de la victoire, toutefois, nous avons un avantage sur Bond, nous pouvons compter sur bien plus que sur la connaissance de Q ou de M : sur celle que nous donne la Révélation et sur l’aide permanente de Jésus-Christ notre Sauveur, lui qui a dit : « Prenez courage, j’ai vaincu le monde «  (Jean 16:33) « .

Cette connaissance est fondamentale et en adéquation avec la grâce, nos actes en témoignent, comme Jean-Paul II le soulignait :  « L’Action nous fait saisir, du point de vue du croyant utilisant l’instrument philosophique, qu’il existe une merveilleuse harmonie entre la nature et la grâce, entre la raison et la foi » (lettre de Jean-Paul II à Mgr Bernard Panafieu, le 19 février 1993)

bond gris

Vertu de diligence dans l’habillement

La diligence consiste à faire tout le travail que l’on doit, ni plus, ni moins, et est opposée à la négligence.

L’homme a toujours été habitué à s’habiller en fonction des occasions, mais un désir de simplification a conduit à la négligence vestimentaire. S’il est vrai que la vie intérieure prime, elle doit aussi s’exprimer à l’extérieur, et la tenue vestimentaire est aussi une expression importante!

Comme Bond était toujours agréablement habillé en vue d’une mission excellemment accomplie, il est pour nous, hommes chrétiens un exemple de diligence vestimentaire pour effectuer la plus grande chose qu’il soit : vivre le Saint Sacrifice de la Messe. Ainsi, en nous habillant, nous redécouvrons, montrons et respectons la sacralité du mystère de Dieu qui se fait présent et qui agit de manière spéciale dans les Sacrements institués par le Christ, gardés et célébrés avec dévotion dans l’Église tout au long des siècles. Par le soin particulier dans l’habillement alors utilisé nous exprimons la distinction entre le sacré et le profane dans la vie quotidienne au milieu d’une tendance générale à la désacralisation de toute chose.

Savoir se battre

Bond sait se battre, et cela s’acquiert. Mgr le Gal indiquait sur le site du diocèse aux armées, que la pratique du sport (donc de combat) implique l’acquisition d’une force morale par : 

  •  l’aptitude à tisser et à vivre des relations interpersonnelles exigeantes dans un contexte tendu. Le sportif doit se situer vis-à-vis de son adversaire qu’il doit respecter, mais aussi connaître pour bien se situer et prendre l’ascendant sur lui en vue de gagner. Il doit se situer par rapport à ses coéquipiers (et / ou son entraîneur) et apprendre à établir une véritable cohésion, un respect du rôle propre de chacun.
  • la maîtrise de soi grâce à un ensemble de pratiques et de renoncements en vue d’acquérir et de garder la forme physique (une ascèse) et respect attentif des règles du jeu et du fair-play.
  • de la volonté et de l’endurance
  • le développement d’une intelligence pratique, à la fois pour définir une stratégie compte tenu de « l’adversaire », de ses qualités et de ses propres forces.

Confiance et maîtrise de soi : Être cool !

Avez vous déjà vu Bond craquer, pleurnicher sous la pression de sa mission ? Il incarne  un homme qui garde la tête froide dans toutes les situations. Les grands hommes ont la force intérieure pour prendre des décisions graves avec confiance et maîtrise de soi même tout espoir semble disparus.

Notre confiance est bien entendue non pas liée à de l’orgueil, mais à l’union de plus en plus forte avec le Christ : «  Il n’y a pas de difficultés, d’épreuves, d’incompréhensions qui doivent nous faire peur si nous demeurons unis à Dieu comme les sarments sont unis à la vigne, si nous ne perdons pas notre amitié avec lui, si nous lui faisons toujours plus de place dans notre vie » Pape François, homélie de la messe célébrée le 28 avril 2013

Mais n’oublions pas l’essentiel…

Messieurs, si ces vertus isolées de James Bond, cet espion imaginaire, évoquent beaucoup pour nous, combien plus encore notre seul héros, le Christ, vrai Dieu, vrai homme, réellement présent à chaque instant à nos côtés, doit inspirer nos actes !

Vous voulez accepter une mission périlleuse ? En avez-vous le courage ? Ayez la volonté de suivre le Christ, dès maintenant, aujourd’hui. Attention, cela n’est pas sans danger : « L’annonce de Jésus n’est pas une patine : elle va jusqu’aux os, au cœur, elle va en notre sein et nous change. Et cela, l’esprit du monde ne le tolère pas et c’est pour cela qu’il y a des persécutions » Pape François, Mai 2013

(Article précédemment publié sur le site des hommes-adorateurs et revisité pour les lecteurs de Cyrano.fr.)

 

Commentaires

commentaire

A propos de Grégory Soodts

Grégory Soodts
Ostéopathe de formation, Grégory Soodts, père de 4 enfants et fondateur des "hommes-adorateurs" est passionné par le bon et le beau. Accessoirement, et probablement grâce à ses origines flamandes, il fait sa bière, avec panache.