Domaine Sainte-Madeleine, la saveur du vézelay

Qui ne connait la célèbre colline éternelle du haut de laquelle plus de deux milles ans d’Histoire veillent sur les vallons et les coteaux du Morvan ! Site druidique, refuge des reliques de la Madeleine, l’apôtre des apôtres, chère au cœur du Christ, pécheresse repentie, prostituée célèbre, aujourd’hui encore point de convergence des pèlerins, mais, depuis quelques années, cité de la voix et enfin, récemment, basilique restaurée, lumineuse de blancheur qui se détache des arbres accrochés à la colline.

Moins célèbre, une petite AOC, ou AOP, selon les dénominations retenues, vézelay est également un vin de Bourgogne dans l’air chablisienne. Souvent tendu et sec, le vézelay n’a pas la réputation de son proche aîné minéral, le chablis qui a envahi tous les restaurants de l’hexagone. Et, pour être honnête, on pourrait dire du vézelay, qu’il est un petit vin sec parfois bien fruité, précurseur des saveurs chablisiennes. Un chardonnay plaisant à boire et, pour bien des cuvées, nous pourrions en rester là avec tout l’agrément que ce type de vin peut procurer, servi frais.

Mais au détour d’un chemin étroit, un domaine a vu le jour il y a quelques années et, même s’il n’est pas le seul à emprunter ce sillon, il donne du vézelay une tout autre saveur. Le domaine Sainte-Madeleine éclot peu à peu, comme le raisin arrive à maturité. Avec ses deux cuvées, nous sommes bien dans l’aire d’appellation, mais la rondeur s’invite en bouche, particulièrement pour la cuvée parcellaire, qui, sans perdre la tension attendue, laisse pourtant une nette impression des chardonnays du centre de la Bourgogne viticole. Un entre deux zones en deux paliers. La cuvée d’assemblage parcellaire, plus sèche et plus typique du vézelay, malgré son approche enrobante et la cuvée parcellaire, Les Saulniers, nettement d’un autre monde, à boire cependant frais pour maintenir la tension, sans la laisser se dissoudre dans la rondeur qui, chaude deviendrait lourde et « alcooleuse »

Commentaires

commentaire

Cyril Brun

Cyril Brun

Cyril Brun est journaliste du vin, critique gastronomique, historien, philosophe et ancien chef d'orchestre Diplômé de maitrise du vin, il est dégustateur et formateur, journaliste et critique gastronomique pour plusieurs magasines ou sites. Titulaire d'une maîtrise en histoire médiévale et d'un doctorat en histoire de l'antiquité, il a été chargé de TD sur Rome et la Grèce archaïque à l'université de Rouen, puis chargé de cours sur la Grèce archaïque et classique, la Mésopotamie et l'Egypte à l’université de Quimper. Les travaux de sa thèse portent sur l'Afrique romaine au IIIème siècle après Jésus Christ, mais il s'est ensuite spécialisé sur la Grèce classique tant pour sa religion que pour ses philosophes. Il parcourt la France pour donner des conférences sur l'anthropologie classique, les peuples mésopotamiens mais aussi la musique, rédiger un guide oenotouristique. Chef d'orchestre depuis l'âge de 16 ans, il a dirigé divers ensemble en se spécialisant dans la musique symphonique (avec une prédilection pour Beethoven) et la musique Sacrée. Il a été directeur artistique et musical de diverses structures normandes : Les jeunes chambristes, la Grande chambre, Classique pour tous en Normandie, les 24 heures de piano de Rouen, le festival Beethoven de Rouen, Le Panorama Lyrique Ces compétences en philosophie, en histoire, en musique, mais aussi en littérature l'ont amené a écrire dans diverses revues musicales ou historiques, comme critique ou comme expert. Poussé par des amis à partager ses nombreuses passions, ils ont ensemble fondé Cyrano.net, site culturel dans lequel il est auteur des rubriques musicales et historiques. Il en est le directeur de la rédaction. Il dirige le site musical CyranoMusique dont il est le propriétaire ainsi que du média culturel Rouen sur Scène. Il est directeur d'émissions culturelles (le salon des Muses) et musicales (En Coulisses), sur la chaîne normande TNVC Il est l'auteur de Le Requiem de Mozart, serein ou Damné ? Les fondements de l'anthropologie chrétienne Une nuit square Verdrel La Vérité vous rendra libre