Cyrano à Bergerac

Hercule-Savinien de Cyrano de Bergerac, gentilhomme parisien d’origine bourguignonne, Gascon pour la Fortune et pour notre plaisir, naquit rue des Deux-Portes, à Paris, en 1619, et décéda non loin de là, chez son cousin, en vallée de Montmorency, à Sannois, en 1655, âgé de 35 ans.

Militaire, dramaturge, épistolier, poète, ce personnage haut en couleurs inspira à Edmond Rostand un des plus grands chefs d’œuvre du théâtre français ! Mais le Cyrano historique était – pour certains traits – assez éloigné du pittoresque Gascon dont le nez élancé et la verve facile sont devenus, dans l’imaginaire du monde entier, d’illustres ambassadeurs de notre pays.

En effet, libre, honnête, malicieux, aimant la bonne chère et le vin de Garonne, galant devant les dames, courageux à l’assaut, farouche aux courtisans, savant comme il le faut, rimant avec la lune, aimant le luth et le pinceau, grand cœur pénétré d’une grande âme, joyeux drille, bretteur impécunieux, terreur des cuistres et loyal compagnon, surgi de rien, connu de tous, Cyrano revêt pour nous toutes les facettes de la faiblesse et du génie humain.

Pour nous Français, son personnage est aussi une incarnation de notre culture : à la fois par ce qu’il représente, mais aussi par le talent avec lequel il a été représenté, lesquels se confondent souvent. C’est ainsi qu’en évoquant Cyrano, nous pensons rôtisserie et théâtre, histoire et philosophie, musique, muse, poésie, littérature, noblesse, gouaille, aventure, panache. Rostand l’a célébré. L’opéra et le cinéma lui ont rendu hommage. Des milliers de Français connaissent par cœur ses tirades. Et la Gascogne, où il n’a pourtant jamais mis les pieds, l’a définitivement adopté.

Car si en 1622, Abel de Cyrano, père de notre héros, n’avait pas quitté Paris avec sa famille pour s’installer sur ses terres de Mauvières et Bergerac, en vallée de Chevreuse, où il grandira, point de Gascogne, point de chanson !

C’est là, sur cet arpent de terre, aux bords de l’Yvette, que l’Histoire rejoint la fiction. Car le Cyrano du cœur est un personnage sublimé, reflet grandiose d’une réalité parfois nue et fragile. Quelle autre contrée que la Gascogne, province pauvre et reculée, lui aurait mieux convenu ?

C’est là que naissent les plus grands héros. Henri IV et d’Artagnan, Geoffroy Rudel, La Hire, Phébus, Xantrailles, Castelnau… mais au royaume des lettres aussi Porthos, Athos et Aramis, le capitaine Fracasse, tous cousins, à leur façon, de Cyrano !

A Bergerac, Cyrano fait désormais partie du décor. Pour preuve, demain, c’est un musée qui rendra sa présence vivante. A deux pas de la place Pélissière, où trône la statue de notre héros, la municipalité vient de confier à l’association Cyrano de Bergerac, créée pour l’occasion, une salle, et la mission d’y faire vivre la Gascogne, et le souvenir de son plus célèbre Gascon… enfin, vous m’avez suivi !

Commentaires

commentaire

Grégoire Renaud

Grégoire Renaud

Ingénieur de formation, Grégoire Renaud s'est investi ces dernières années dans le monde associatif. Président et fondateur du site Cyrano.net, il est passionné par les voyages, la littérature, l'histoire et la poésie.