Le Pérugin, maître de Raphaël

Dans l’effervescence italienne de la Renaissance, des noms ressortent, des œuvres se distinguent, des artistes se hissent, traversent les siècles et se donnent à voir avec toujours la même fraîcheur et le même émerveillement. Raphaël, Vinci, Michel Ange, la Sixtine, la porte du baptistère de Florence, les innombrables pietà et Madones, autant d’évocations d’un génie qui ne vieillit pas. Parmi ces étoiles dominant le firmament se trouvent des noms moins connus, des talents moins célèbres et qui pourtant constellent sans pâlir la galaxie des grandes œuvres à voir et à revoir.

Perugin est de ceux-ci. Connus de tous les amateurs d’art comme le maître de Raphaël ou comme l’auteur des  vies de Moïse et du Christ de la Chapelle Sixtine, il est toutefois moins immédiatement identifiable par le grand public. Et pourtant, quelle incroyable finesse dans ses jeux de transparence ou dans ses lumières théâtrales. Quelle vérité dans le modelé des corps ou dans ce portrait de Dom Balthazar d’Angelo exposé au Musée Jaquemart-André et qui ressemble à s’y méprendre à une photographie, le relief de la peinture en plus.

Connus de tous les amateurs d’art comme le maître de Raphaël, il est toutefois moins immédiatement identifiable par le grand public.

C’est à lui en effet que le musée du boulevard Haussmann consacre ses salles. Dans une exposition fort sombre, au goût du jour bien français, l’œuvre et l’originalité de l’artiste retracent tout à la fois son histoire et ses apports majeurs à l’art florentin. A-t-il véritablement été le maître de Raphaël ? De nombreuses toiles du maître sembleraient nous le dire, mais rien n’est sûr. En revanche, la filiation putative vaut au visiteur le plaisir de contempler des œuvres de Raphaël à qui une salle est consacrée.

 L’œuvre et l’originalité de l’artiste retracent tout à la fois son histoire et ses apports majeurs à l’art florentin.

Mais avant d’accéder à ces toiles, c’est à un parcours émerveillé que nous sommes invités. Le célèbre miracle de la neige (mettant en scène la chute de neige à Rome le 5 août 352) est peut-être la plus belle expression de ce jeu de transparence, faisant des décors un véritable filigrane de cristal. Mais c’est sans doute la salle des Vierges à l’enfant qui est la plus intime et la plus émouvante. Renonçant aux ornements habituellement chargés, Pérugin met la Vierge en scène sur un arrière-fond paysagé, privilégiant les expressions de tendresse et donnant ainsi corps à cette manière « dolce ». Moins de solennité, plus d’intimité, telles sont ces Vierge finalement très humaine et très proche.

À côté de son œuvre sacrée, se trouvent quelques pièces profanes, moins intenses, mais tout aussi fine ou le pli des vêtements s’illumine de l’éclat flamboyant des couleurs dont il avait le secret.

 

Une exposition à voir du 12 septembre au 19 janvier au Musée Jacquemart-André, 158 boulevard Haussmann 75008 Paris

Commentaires

commentaire

Cyril Brun

Cyril Brun

Cyril Brun est journaliste du vin, critique gastronomique, historien, philosophe et ancien chef d'orchestre Diplômé de maitrise du vin, il est dégustateur et formateur, journaliste et critique gastronomique pour plusieurs magasines ou sites. Titulaire d'une maîtrise en histoire médiévale et d'un doctorat en histoire de l'antiquité, il a été chargé de TD sur Rome et la Grèce archaïque à l'université de Rouen, puis chargé de cours sur la Grèce archaïque et classique, la Mésopotamie et l'Egypte à l’université de Quimper. Les travaux de sa thèse portent sur l'Afrique romaine au IIIème siècle après Jésus Christ, mais il s'est ensuite spécialisé sur la Grèce classique tant pour sa religion que pour ses philosophes. Il parcourt la France pour donner des conférences sur l'anthropologie classique, les peuples mésopotamiens mais aussi la musique, rédiger un guide oenotouristique. Chef d'orchestre depuis l'âge de 16 ans, il a dirigé divers ensemble en se spécialisant dans la musique symphonique (avec une prédilection pour Beethoven) et la musique Sacrée. Il a été directeur artistique et musical de diverses structures normandes : Les jeunes chambristes, la Grande chambre, Classique pour tous en Normandie, les 24 heures de piano de Rouen, le festival Beethoven de Rouen, Le Panorama Lyrique Ces compétences en philosophie, en histoire, en musique, mais aussi en littérature l'ont amené a écrire dans diverses revues musicales ou historiques, comme critique ou comme expert. Poussé par des amis à partager ses nombreuses passions, ils ont ensemble fondé Cyrano.net, site culturel dans lequel il est auteur des rubriques musicales et historiques. Il en est le directeur de la rédaction. Il dirige le site musical CyranoMusique dont il est le propriétaire ainsi que du média culturel Rouen sur Scène. Il est directeur d'émissions culturelles (le salon des Muses) et musicales (En Coulisses), sur la chaîne normande TNVC Il est l'auteur de Le Requiem de Mozart, serein ou Damné ? Les fondements de l'anthropologie chrétienne Une nuit square Verdrel La Vérité vous rendra libre