Les Etrusques s’exposent au Musée Maillol

Les Étrusques seraient-ils de mode en ce début de XXe siècle ? Le musée Maillol leur consacre une splendide exposition jusqu’au 9 février 2014. Le Louvre-Lens en propose une autre du 4 décembre 2013 jusqu’au 10 mars 2014, tandis qu’à Amiens aura lieu les 2 et 3 décembre 2013, la première de trois journées d’études consacrées jusqu’en 2015 à l’étruscologie. Le Monde de la Bible de septembre-octobre 2013 leur dédie quelques belles pages illustrées.

Capture conf etrusque1

Étruscologie, étruscomanie ? Si les grandes découvertes des années 1914-1920 ont éclairé d’un jour nouveau ce peuple antique dont nous savons déchiffrer l’écriture – il s’agit d’un alphabet proche de l’alphabet grec – mais dont nous ne comprenons pas la langue, il ne s’est guère imposé dans la culture commune comme cette riche et géniale civilisation que les salles magnifiquement mises en valeur du musée Maillol nous dévoilent. Le mépris des Romains (semblable à celui de Jules Michelet écrasant le Moyen Âge pour mieux rehausser l’époque de la Renaissance, à moins que ce ne soit l’inverse) aurait-il la vie dure ? Rome la brillante, Rome l’éternelle avait tant besoin d’enraciner son éternité qu’il lui fallait faire oublier cette civilisation aux mœurs dissolues où les femmes côtoyaient les hommes à table et aux jeux ! La pudique et vertueuse Rome d’un Caton, d’un Cicéron ou encore d’un Auguste ne pouvait décemment sortir de la cuisse étrusque.

Et pourtant ! La richesse des collections exposées au Musée Maillol, la finesse des visages et des décors sont sans appel. La civilisation étrusque fut brillante et bien de ses éclats ont traversé le temps tant ils furent une des mamelles de la Louve. Si les nombreux panneaux explicatifs à la fois historiques et thématiques de l’exposition nous livrent nombre des secrets étrusques, il ne faut pas hésiter à suivre les guides qui font vivre avec passion ces urnes cabanes, ces bijoux multiples ou ces visages pleins de vie et de joie.
En revanche, il ne faudrait pas aborder la partie « érotique » de l’exposition sans être prévenu. Transposer la question homosexuelle antique et particulièrement étrusque dont on ne sait que peu de choses, à l’appréhension que nous en avons aujourd’hui est un anachronisme. L’érotisme étrusque était plus un art de vivre, une dolce vita avant l’heure mais sans doute pas pour le paysan ou l’artisan étrusque. Très hellénisé, il est difficile aujourd’hui encore de savoir d’où vient ce peuple dont l’apogée se situe au VIe siècle avant Jésus-Christ et qui finit par disparaître, après avoir été affaibli par la poussée gauloise, dans le giron romain avec la défaite de Véies en 396 av. J.-C.

Les Etrusques un Hymne à la Vie Musée Maillol jusqu’au 9 février 2014

Commentaires

commentaire