François Ier, roi mécène

Dans le cadre des commémorations nationales autour de François Ier, le château de Chantilly propose l’exposition Le siècle de François Ier, à partir du 7 septembre. Manuscrits enluminés, dessins d’architecture, peintures et objets d’art : 200 œuvres illustrent le formidable élan donné aux lettres et aux arts par le roi à la Renaissance.

Un article du Ministère de la culture

Du roi guerrier au roi mécène. L’exposition propose d’explorer la richesse et la diversité du siècle de François Ier, en traversant l’Histoire, mais aussi celles des arts, des livres et des idées. Elle présente des tableaux, dessins d’architecture, objets d’art, manuscrits enluminés, reliures, livres imprimés, pièces scientifiques et d’histoire naturelle, provenant en majorité des collections du château de Chantilly. Plusieurs prêts du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France complètent l’exposition.

Fasciné par l’Italie, François Ier se lance dans les conquêtes de territoires et remporte en 1515 la Bataille de Marignan. Cet épisode, le plus connu de son règne, contribue à construire la légende du roi chevalier. Dix ans plus tard, battu lors de la défaite de Pavie, où il est fait prisonnier par son rival Charles Quint, il décide de livrer une autre bataille, celle des arts et des lettres. Le tournant des années 1530 marque ce basculement du roi guerrier au roi mécène. La France devient ainsi sous son règne le point d’attraction d’artistes et d’érudits prestigieux comme Léonard de Vinci, Primatice, Cellini, Guillaume Budé et Clément Marot. Sous François Ier, les arts et lettres fleurissent, l’imprimerie se développe. Sont présentés dans le cadre de l’exposition, en particulier les dessins et les peintures de Clouet, l’architecture d’Androuet du Cerceau, les trésors du livre et de l’enluminure de Bellemare, la fonte de Fontainebleau intitulée le spinario de Cellini, les chandeliers du trésor du Saint-Esprit venus du Louvre, l’une des dernières tapisseries d’époque (1530) et les dessins du Primatice conservés à Chantilly.

Bibliothèque royale et cabinet de curiosité. Bibliophile et érudit, François Ier œuvre à l’enrichissement des collections de la Bibliothèque royale. L’exposition présente des œuvres majeures dans ce domaine, conservées à Chantilly : le manuscrit des Guerres Galliques réalisé vers 1520 par Godefroi le Batave, Les trois premiers livres de Diodore Sicilien traduit en 1534 par Antoine Macaut et enluminé par Noël Bellemare, ainsi que les Heures d’Anne de Montmorency. Le manuscrit des Guerres Galliques, novateur dans son équilibre entre texte et délicates enluminures en grisaille, constitue une œuvre décisive pour l’art du manuscrit de la Renaissance. L’exposition présente sur les trois volumes qui le composent, le premier livre conservé à la Bristish Library et le troisième tome conservé à Chantilly. Le manuscrit des Heures d’Anne de Montmorency, joyau de la collection de Chantilly, est constitué de quatorze grandes enluminures, peintes par trois miniaturistes et deux peintres différents, dont Jean Cousin. L’iconographie issue de l’Ancien Testament est inhabituelle pour un livre d’heure de cette époque.

Contemporain des grandes découvertes, François Ier constitue également un cabinet de curiosités. Installé à Fontainebleau, ce Cabinet comporte de remarquables pièces exotiques et des merveilles naturelles (objets indigènes ou spécimens naturels de nouvelles espèces) ramenées de l’exploration par des français du Canada ou du Brésil. Pour la première fois, cette exposition en propose une reconstitution imaginée.

>> Exposition Le siècle de François Ier
Château de Chantilly
du 7 septembre 2015 au 7 décembre 2015
Plus d’information : http://www.domainedechantilly.com/fr/

Commentaires

commentaire

Vivien Hoch

Vivien Hoch

Chercheur en philosophie et spécialiste du thomisme, Vivien Hoch collabore à de nombreux media collaboratifs sur internet, dont Atlantico, Nouvelles de France et Boulevard Voltaire.