A la source de la tristesse

La tristesse peut s’exprimer de bien des manières, mais elle a toujours pour déclencheur un désir non accompli. Avant d’être un sentiment, c’est une passion de l’âme, c’est-à-dire une capacité que nous avons tous à être triste. Cette capacité est dormante tant que nous n’avons pas de raison d’être triste. Comme passion elle est directement reliée à l’amour, au désir. Au fond la tristesse est une des réactions de notre âme face à un désir non comblé. Rappelons que le désir est le moteur de l’amour, il est cette tension de tout notre être vers quelque chose qui suscite notre attrait. Lorsque l’âme n’a pas ce qu’elle désire, tout un ensemble de mécanismes se met en place. Soit nous passons à autre chose, soit nous partons à la conquête de notre désir et nous finissons par en jouir, soit ce désir est inaccessible, mais nous ne parvenons pas à passer à autre chose. Ici plusieurs réactions sont possibles : je me révolte parce que je trouve cela injuste et je tombe dans la colère ; je suis pris de haine ou de jalousie ; ou je ne peux rien faire et je suis gagné par la tristesse. C’est une manière de tourner autour sans lâcher prise. Ainsi Victor Hugo chérissait ses larmes qui maintenaient en vie sa fille. La perte d’un bien ou d’un être cher cause la tristesse en ce sens qu’elle est la privation d’un amour dont on ne se résout pas à la perte. Ainsi, faire son deuil n’est pas oublier, mais peu à peu ne pas se laisser dominer par cette passion qui si elle n’est pas régulée devient tyrannique et conduit à sa phase extrême, le désespoir.

Pour illustrer : ô ma tristesse

Commentaires

commentaire

Cyril Brun

Cyril Brun

Cyril Brun est chef d'orchestre et historien. Titulaire d'une maîtrise en histoire médiévale et d'un doctorat en histoire de l'antiquité, il a été chargé de TD sur Rome et la Grèce archaïque à l'université de Rouen, puis chargé de cours sur la Grèce archaïque et classique, la Mésopotamie et l'Egypte à l’université de Quimper. Les travaux de sa thèse portent sur l'Afrique romaine au IIIème siècle après Jésus Christ, mais il s'est ensuite spécialisé sur la Grèce classique tant pour sa religion que pour ses philosophes. Il parcourt la France pour donner des conférences sur l'anthropologie classique, les peuples mésopotamiens mais aussi la musique. Chef d'orchestre depuis l'âge de 16 ans, il a dirigé divers ensemble en se spécialisant dans la musique symphonique (avec une prédilection pour Beethoven) et la musique Sacrée. Il est actuellement directeur artistique et musical de diverses structures normandes : Les jeunes chambristes, la Grande chambre, Classique pour tous en Normandie, les 24 heures de piano de Rouen, le festival Beethoven de Rouen, Le Panorama Lyrique Ces compétences en philosophie, en histoire, en musique, mais aussi en littérature l'ont amené a écrire dans diverses revues musicales ou historiques, comme critique ou comme expert. Poussé par des amis à partager ses nombreuses passions, ils ont ensemble fondé Cyrano.net, site culturel dans lequel il est auteur des rubriques musicales et historiques. Il dirige le site musical CyranoMusique dont il est le propriétaire ainsi que du média culturel Rouen sur Scène. Il est directeur d'émissions culturelles (le salon des Muses) et musicales (En Coulisses), sur la chaîne normande TNVC Il est l'auteur de Le Requiem de Mozart, serein ou Damné ? Les fondements de l'anthropologie chrétienne Une nuit square Verdrel La Vérité vous rendra libre