Sonnet pour une langue en péril

Dans ce sonnet, admirable d’équilibre et de poésie, Benoît Jeanjean, professeur à l’Université de Bretagne Occidentale et amoureux de la langue française, nous fait découvrir le sens caché des mots. Comme Du Bellay qui prônait l’enrichissement du français par le latin et le grec, nous pensons nous aussi que les langues anciennes irriguent notre langue, la rendent vivante et lui confèrent sa part d’universalité.

Il est vrai que souvent les antiques vestiges
Blocs désarticulés là gisant au hasard
Nous paraissent muets ; et leurs pierres sans fard
Aphones dénudées ont perdu tout prestige

Mais si la nostalgie à leur vue nous afflige
Attendons qu’à la nuit sur ces cailloux épars
Des faisceaux projetés offrent à nos regards
La beauté étonnée qu’une lumière érige.

Notre langue est pareille à ces ruines antiques
Emplie de mots curieux, drôles, énigmatiques
Aux racines tombées lointaines dans l’oubli

Orpheline elle ne trouve sa plénitude
Que si considérées avec sollicitude
Les langues du passé éclairent ses replis.

Benoît Jeanjean

Commentaires

commentaire

Benoît Jeanjean

Benoît Jeanjean

Professeur de Latin à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest), Benoît Jeanjean est agrégé en Lettres classiques (1989). Titulaire d'un doctorat ès Études Latines (« Place et traitement de l’hérésie dans l’œuvre de saint Jérôme », Rouen, 1996), il est par ailleurs vice-président de l'ARELA Bretagne (Association Régionale des Enseignants des Langues Anciennes).