Petite introduction à la littérature

Éduquer au Bien par le Beau. Tâche bien ardue, que se sont fixés bon nombre d’auteurs. La littérature, n’est pas l’objet de mots. Bien plus, elle se consacre à l’au-delà. Elle est une manière d’être avec soi, avec le monde avec les autres, et pour certains, avec Dieu, Détenteur de la beauté. L’Islam, par exemple, dit que Dieu est beau et aime la beauté. Mais que signifie-t-elle dans un monde terne et triste? Les uns se livrent à leurs passions, et les prennent pour divinités, font de leur errance un mot d’ordre, et de leur vices, un refuge. Les autres, s’attèlent à suivre une voie droite, et que découvrent-ils ? Que l’homme est fondamentalement humble devant la beauté, quand elle se révèle, qu’elle demande une purification de soi, qu’elle exige de l’homme un droit, une porte, un pont….

La littérature lève le voile, pour en apposer un nouveau. En cela, les littérateurs, sont des passeurs, qui voyagent de monde à monde. La pudeur originelle, est substituée par une pudeur dans l’action, nommons, la fiction.

Les plus belles œuvres, abouties, au sens fort du terme, sont celles qui sont irriguées par la force, une fois les principes bien établis, une fois l’élagage intérieur, terminé, pour enfin, livrer un contenu. Le sens prend des formes diverses, à travers les personnages qui incarnent, les dialogues qui animent, les manières, le geste… la cohérence interne du littérateur s’incarne dans l’action qu’il propose, elle-même, cohérente, en cela, on peut dire, que la littérature, reste fondamentalement inaccessible dans son essence. Loin de vouloir analyser, laissons plutôt place, au mouvement. Vouloir analyser les gestes d’un danseur un à un, est bien trop pesant, quand on sait que lorsque le sentiment traverse, il devient, et… il advient, de lui-même ; l’individu s’efface complètement, et met son ego de côté.

Commentaires

commentaire